Santé – Clean Cells continue son déploiement à l’étranger

 

“Que fait-on chez Clean Cells ?
En 2000, nous avons été accueillis au sein de la pépinière d’entreprises de Boufféré, afin de créer notre entreprise. Nous étions issus de la recherche académique à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) de Nantes. Nous nous intéressions à un contaminant néfaste à la production de médicaments biopharmaceutiques. Ce sont des médicaments fabriqués par un procédé vivant. Nos clients, fabricants de ces médicaments, veulent offrir un produit efficace et sans risque non contrôlé pour le malade. Il s’agit des vaccins, des anticorps, de la thérapie cellulaire, de la thérapie génique et de la phagothérapie (virus mangeurs de bactéries).

Des exemples ?
Un malade atteint du cancer est incapable de produire seul les bons anticorps qui vont lutter contre la tumeur. Il faut produire les anticorps in vitro, contrôler leur efficacité et les purifier.

Un grand brûlé risque de mourir à cause de deux bactéries très résistantes aux antibiotiques. Clean Cells est le premier établissement au monde à avoir produit un cocktail de bactériophages, actuellement en essai clinique auprès des grands brûlés. Les bactéries résistantes sont un grand enjeu de santé public. À l’horizon 2050, ce risque pourrait dépasser celui lié au cancer. La phagothérapie pourrait se substituer à l’antibiothérapie. Nous travaillons à cette opportunité médicale prometteuse.

Et le monde de l’entreprise ?
Déçus du milieu de la recherche académique, nous avions aussi envie de créer des emplois. Avec Marc et Frédéric, nous nous sommes d’abord entourés d’un bon qualiticien et d’un commercial. Aujourd’hui, l’entreprise compte 58 personnes, réalise 5 000 000 € de chiffre d’affaires sur le marché européen, avec quelques clients aux États-Unis et en Asie.

Vos perspectives ?
Par exemple, actuellement nous produisons des cellules pour reconstituer l’épiderme des plaies de personnes souffrant de diabète à partir de cellules-souches embryonnaires. De manière plus générale, nous souhaitons devenir un acteur incontournable dans la production des phages thérapeutiques et des cellules médicaments. Et apporter notre expérience en termes de contrôle de médicaments. Notre ambition est de produire des médicaments innovants, personnalisés (afin de diminuer les effets indésirables), efficaces et sûrs pour les patients.”

Source : Ouest France